+33 7 49 91 32 08

Les peintures antisalissures libèrent des biocides et des microplastiques dans nos océans. Finsulate empêche cette pollution inutile

Introduction

Dès qu’un navire ou un yacht entre dans l’eau, des moules, des algues et d’autres organismes commencent à se fixer à la coque sous-marine. Cet encrassement augmente la résistance du navire, ce qui se traduit par une consommation de carburant plus élevée et des vitesses plus faibles.
Pour éviter cela, les armateurs utilisent souvent des peintures antisalissures toxiques. Ces peintures tuent toute la vie marine à proximité du navire et l’énorme quantité de cuivre toxique libérée, par exemple, a des effets dramatiques sur nos précieux coraux. Comme le cuivre tue les larves de corail, la régénération des coraux est beaucoup trop lente pour suivre le rythme de la mortalité due au changement climatique. De plus, la peinture elle-même est lentement rejetée dans les océans. Chaque année, 50 millions de litres de particules de peinture finissent dans la mer. Cette quantité de microplastiques représente environ 10 à 20 % de la soupe totale de plastique.
Finsulate offre une solution qui empêche à la fois la pollution et la croissance. Le concept d’utiliser un emballage au lieu d’une peinture est révolutionnaire et il faut du temps pour convaincre l’industrie conventionnelle du transport maritime. Dans le secteur des loisirs, Finsulate est utilisé avec succès depuis plusieurs années et il est de plus en plus facile de convaincre les propriétaires.

Biofouling

L’encrassement est le processus de fixation des bactéries, des microalgues, puis d’organismes plus grands tels que les moules, les bernacles et les algues. Ce processus peut se produire en quelques semaines, voire quelques jours, dans les zones à fort encrassement, comme les Caraïbes. Dans les eaux plus froides, il faut normalement plusieurs mois pour que la salissure se développe complètement.

La différence entre les conditions d’encrassement et la fréquence et la vitesse de navigation fait de la prévention un défi dans toutes les conditions : l’encrassement se produit principalement lorsqu’un navire est inactif. Les porte-conteneurs commerciaux qui naviguent 100 % du temps sont donc moins susceptibles de s’encrasser que les yachts qui sont inactifs 95 % du temps.

Pollution

99 % des navires et des yachts du monde entier utilisent des peintures antisalissures toxiques. Et selon les conditions de navigation et la fréquence, les peintures sont plus ou moins réussies. Cependant, toutes les peintures ont une chose en commun : elles laissent des particules de peinture et des biocides dans les océans. Plus de 100 millions de litres de peinture antisalissure sont consommés chaque année. La peinture se dissout lentement dans l’eau, ce qui a pour effet de tuer la vie marine à proximité du navire. La concentration de cuivre dans la peinture peut atteindre 40 % pour les navires commerciaux. Dans les bateaux de plaisance, les concentrations sont plus faibles, mais elles sont associées à divers biocides organiques persistants. L’utilisation annuelle de la peinture antifouling conduit à :
L’évaporation de 50 millions de litres de solvants (principalement du xylène et du toluène).
La libération de 25 à 50 millions de kg de biocides
La lixiviation de 25 à 50 millions de kg de particules de peinture, toutes des micro ou nanoplastiques.

Exemple d’application de peinture antisalissure avec un ouvrier entièrement enveloppé pour se protéger des substances toxiques libérées

La réglementation est principalement axée sur les biocides. Plusieurs États et pays, dont la Suède, les Pays-Bas, l’État de Washington (États-Unis) et la Californie (États-Unis), disposent déjà de lois plus strictes. Mais une interdiction légale prend du temps. Non seulement à cause de la procédure judiciaire, mais aussi en raison du fort lobbying exercé par les producteurs de peinture. Ces entreprises internationales peuvent retarder le processus législatif pendant des années. La Californie en est le meilleur exemple : un premier projet de loi était prêt en 2012 et il a fallu attendre 2018 pour qu’il soit adopté.

Bien qu’il soit logique de se concentrer sur la partie biocide parce qu’ils sont nocifs pour les récifs coralliens, par exemple (voir également : Steven Victor dans Marine Pollution Bulletin, 2005 et Claire Bennett dans New Scientist, 2003), les effets de la peinture dissolvante ne peuvent être négligés. La société s’efforce de prévenir les déchets plastiques, mais 25 000 à 50 000 tonnes de particules de peinture sont délibérément rejetées dans les océans chaque année par les peintures antisalissures. Pour la visualisation : Si, dans n’importe quelle station balnéaire, quelqu’un jetait un seau de peinture dans la mer, il serait évidemment condamné et se verrait infliger une amende. Mais lorsque la peinture est appliquée pour la première fois sur la coque d’un navire et qu’elle se dissout lentement, personne ne semble vraiment s’en soucier. Et pour mettre les choses en perspective, chaque année, ces particules de peinture microplastique représentent environ 10 à 20 % du poids total de la soupe de plastique que nous essayons d’éviter en tant que société.

Alternatives

Plusieurs alternatives font leur apparition sur le marché. Les fabricants de peinture ont pris les devants en proposant des alternatives à base de silicone, parfois également appliquées sous forme de film. Le concept général consiste à rendre une surface lisse afin que la contamination ne puisse pas y adhérer. Bien qu’il s’agisse en théorie d’une solution parfaite, l’expérience pratique est différente. Après un long processus de développement, les matériaux sont encore assez vulnérables aux dommages mécaniques et l’application est critique. En outre, il existe suffisamment de preuves (par exemple, le professeur Rittschoff de l’université Duke, en Caroline du Nord, a publié plusieurs articles scientifiques) que des composés toxiques sont libérés par ces peintures. L’un de ces composés est l’organoétain, qui est interdit comme biocide par l’Organisation maritime internationale (OMI) depuis 2008. Tous les grands producteurs de peinture affirment qu’ils en ont besoin comme catalyseur pour faire durcir la peinture. Les composés organostanniques sont en effet connus comme catalyseurs pour le durcissement du polymère de silicone. Toutefois, ces catalyseurs sont normalement ajoutés en très faibles concentrations. Il est intéressant de noter que dans toutes les peintures à base de silicone, la concentration est au moins 10 fois supérieure à la logique et que les quantités sont proches ou même supérieures aux limites autorisées par l’OMI pour l’utilisation de biocides.

Finsulate – Le principe du hérisson de mer

Une alternative à toutes ces approches toxiques se démarque vraiment. L’équipe de Finsulate a adopté une approche très différente, en commençant par regarder la nature. Dans la nature, de nombreux organismes utilisent des épines pour se protéger. Des épines d’un hérisson aux épines d’une rose, le principe est le même. Finsulate imite ces épines et l’appelle « le principe de l’oursin ». L’équipe a créé une surface artificielle épineuse avec des poils très fins se dressant verticalement sur la surface. Afin d’adapter cette idée à la forme des coques de navires, Finsulate l’a développée en tant qu’enveloppe adhésive. Sur la base du développement et de l’octroi de brevets, l’inventeur de Finsulate, Breur, a été élu inventeur européen de l’année en 2019 par l’Office européen des brevets.

Finsulate – en pratique

Finsulate n’est pas seulement un concept académique. Elle a déjà été largement appliquée dans la pratique. Environ 500 yachts et plusieurs navires commerciaux ont été équipés de ce foil, dont certains naviguent depuis 7 ans ou plus. L’affirmation d’une durée de vie de 5 ans a donc été amplement prouvée. La durée de vie actuelle de Finsulate est de 7 à 10 ans et une variante est actuellement en cours de développement pour durer 20 ans ou plus (par exemple, pour l’industrie de l’éolien en mer afin de protéger plus longtemps les supports d’éoliennes sous l’eau).

L’application est effectuée par des installateurs certifiés qui sont formés à l’application de Finsulate.
À l’avenir, la législation en Europe et au-delà deviendra plus stricte en ce qui concerne l’utilisation des peintures antisalissures traditionnelles et toxiques et les bateaux commerciaux et de plaisance rechercheront de plus en plus des alternatives durables telles que Finsulate.

Partager:

AUTRES NOUVELLES

Le Saviez-Vous ?

Les antifoulings peintures sont chargées de biocides et substances chimiques pour éviter que les organismes marins ne s’accrochent à la coque du bateau. Savez-vous quel

Merci de votre intérêt pour l’antifouling Finsulate
Pour vous établir un devis précis, il vous suffit de compléter notre formulaire. Nous prendrons ensuite contact avec vous et vous enverrons le devis par email.
Bon à savoir:
  • 1 – Afin de pouvoir donner une garantie de 5 ans, la préparation de la coque est essentielle : Retirer entièrement l’antifouling peinture et appliquer 2 couches de primaire Epoxy
  • 2- Le revêtement Finsulate est appliqué exclusivement par nos équipes techniques formées à la pose.
  • 3- Le devis que vous recevrez comprend la main-d’œuvre, le matériel, les fournitures et frais de déplacement. Il exclut l’enlèvement des anciennes couches de peinture antifouling. Nous pourrons vous mettre en relation avec nos chantiers partenaires si besoin.
N’hésitez pas à nous poser vos questions dans la partie « message » en fin de formulaire.

Quel est le meilleur moment pour vous rappeler ?